Premiers moments à Siquijor

12 décembre 2017

Le soleil s’immisce entre les feuilles vertes des grands arbres plantés en face de notre bungalow.
Un petit air frais les fait murmurer.

Le chien, exténué par notre longue balade matinale le long de la belle plage de sable blanc de Sandugan, dort paisiblement dans sa niche.
De l’eau bout dans une casserole sur le feu de notre cuisine extérieure improvisée et je viens de poser mes fesses sur un hamac las et confortable. Ainsi perchée, la brise m’arrive encore plus douce et la pente naturelle formée par mes jambes dans cette position est une posture idéale pour écrire …

… Facile non ? Un peu râlant même ? … Et pourtant … et pourtant …

… et pourtant ! Nous luttons au quotidien contre de minuscules frustrations que nous imposent un rythme de vie si différent du nôtre, contre l’incertitude du lendemain, contre notre chambre exigüe pour la taille de nos valises bien chargées, contre ce réseau wifi qui est plus un facteur chance qu’une option incluse dans le prix de la chambre. Nous ne savons pas où nous logerons d’ici une semaine. Nous ne savons pas quand nous nous procurerons la mobylette qui nous donnera un peu plus d’indépendance depuis cet endroit reculé de Siquijor, nous ne pouvons qu’imaginer notre futur terrain, qu’espérer une vague date de début des travaux … bref, nos certitudes se réduisent comme une peau de chagrin. 

Nous devons alors apprendre plus que jamais à vivre différemment. À nous défaire de nos mécanismes inconscients et bien en nous ancrés des vies trépidantes et confortablement huilées d’un passé très proche. 

Nous branchons alors notre mp3, comme pour tenter de couvrir des pensées trop prenantes. Ed Sheeran ! Zozo se met à bricoler, j’empoigne mon carnet et laisse courir le stylo sur la surface vierge … Et, lorsque l’on relève la tête de nos occupations au présent, magie : nous nous rendons compte que, pour la première fois depuis des kilomètres, Patras a retrouvé une respiration normale, après avoir haleté pendant près de trois semaines. On réalise que la nature tout autour, dans laquelle nous sommes plongés, chante avec Ed, et, qu’à l’intérieur de nous, quelque chose s’est calmé.
Alors que le temps n’a pas changé sa cadence. Alors que le wifi ne s’est pas remis en marche. Que nos valises sont toujours aussi pleines et la chambre aussi minuscule. Qu’il n’y a pas plus de certitudes. Mais cet instant présent est bon. Et si notre quotidien pouvait se remplir d’une succession de ces minuscules instants paisibles, l’incertain ne serait plus la bête féroce qui nous hante mais cet ingrédient mystère qui rend la vie plus savoureuse. 

simple bungalow au kiwi dire resort

2 réponses sur “Premiers moments à Siquijor”

  1. Courage les amis! Savourez ces petits moments…. bonne année pleine de réussite et d accomplissements. Que vos projets se réalisent. Paix. Confiance. Et super pour patras! Enfin il s adapte un peu… ❤❤❤🕯🥂🍾🎉

    1. Merci les loulous !!! … une belle et heureuse année à vous aussi ! … hum hum … l’adaptation de la bééébêééte nous a à nouveau donné du fil à retordre en ce début d’année … mais heureusement, maintenant il est tout a fait retapé et adapté !! des tonnes de bisous gluants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *